Innov8HR

Prix d'encouragement innov8HR Award 2022 : Proximus & Nido/SPF Bosa (Laboratoire d’innovation pour le Gouvernement fédéral)

L'équipe de HRMinfo a décidé de ne pas organiser de vote pour l’innov8HR Award 2022.

Pas auprès du jury et pas auprès de la communauté des RH.

Le motif de cette décision est la « récolte » médiocre, à la fois d’un point de vue quantitatif et qualitatif. En d'autres termes, nous avons reçu trop peu de dossiers convaincants/qualitatifs (au total, seulement quatre), dont seulement deux (au lieu des trois nécessaires) répondaient quelque peu, mais insuffisamment, au critère d'une innovation RH pionnière, durable et « au sens large », avec une efficacité prouvée.

À titre de comparaison : pour l'édition 2021 de l’award, nous avons reçu 8 soumissions, dont 3 ont été retenues pour concourir pour le titre (SNCB, Cronos et Decathlon) et c’est Decathlon qui a remporté le titre après un vote du jury et de la communauté des RH. Appuyez ici pour plus d’informations sur le jury de l’époque et les études de cas retenues.

Toutefois, l'équipe de HRMinfo estime que les études de cas de Proximus et de Nido sont suffisamment méritoires pour être mises à l'honneur, notamment lors du HR innov & tech Day de 19/5 prochain. Et qu'elles méritent aussi un « prix d'encouragement ». Les organisations retenues recevront ce prix et elles présenteront brièvement leur étude de cas lors du séminaire de l'après-midi du HR innov & tech Day. Une présentation plus détaillée des études de cas fera l'objet de deux articles dans la prochaine édition de HRM.report, une publication PDF de HRMinfo. Celle-ci sera entièrement consacrée à l'innovation RH et au HR Tech.

Vous trouverez ci-dessous un bref résumé des deux affaires (Proximus et Nido/BOSA).

Projet « Make your own digital learning » @ Proximus

La transformation numérique qui se joue au sein des organisations a aussi un impact sur la façon traditionnelle d’organiser des formations internes. Proximus a également expérimenté le fait que les formations en ligne sont bien plus efficaces que les formations traditionnelles.

Proximus était confrontée à d’importants défis : les budgets de formation étaient de plus en plus réduits, mais en même temps, les besoins en formation s’avéraient de plus en plus importants. En raison de la rapidité des changements, les formations étaient rapidement obsolètes et la mise en place de nouvelles formations paraissait laborieuse. Sous la devise « La même question vous est-elle posée plusieurs fois ? Faites-en un apprentissage en ligne », le projet « Make your own digital learning » a vu le jour. Le but ultime : créer une culture d'apprentissage dynamique dans laquelle les processus internes sont continuellement améliorés, tout en stimulant la croissance au niveau du propre emploi.

En 2017, le projet a pris de l'ampleur lorsqu'un besoin aigu s'est fait sentir en matière de tests avancés pour la certification du personnel du service d'assistance. À l’époque, Proximus disposait déjà d'un outil d'apprentissage numérique, mais il se prêtait principalement à la création de modules linéaires.

De plus, Proximus était à la recherche d’une solution globale : un environnement d'apprentissage complet qui offrirait un support tant interne qu'externe. En même temps, Proximus aspirait à une autonomie complète avec des formations développées en interne par ses propres employés sur le terrain. L’entreprise était à la recherche d'une plateforme basée sur le cloud offrant flexibilité et autonomie à ses clients, avec un contrôle total au niveau de la création, de la distribution et de la maintenance des formations en ligne. Après des recherches approfondies, l'équipe est tombée sur la plateforme d'apprentissage Flowsparks.

La première étape vers l’autonomie des formations numériques a été la mise en place d’un trajet de formations, accompagné d’un Sharepoint, librement accessible à tous les employés. Au fur et à mesure que le projet prenait forme, Proximus a distingué deux trajets de formation différents, un trajet de formation standard et un trajet flexible avec des sujets plus ciblés, adaptés aux objectifs. Les employés se voient confier des tâches et du matériel de référence, s'évaluent mutuellement et progressent ainsi ensemble vers des modules tout à fait développés.

Le parcours proprement dit a débuté en 2017, mais c’est en 2021 qu’il a connu son plus grand succès. Et il ne faut pas oublier que Proximis n’a presque pas entrepris d’actions pour promouvoir la plateforme. Toutefois, la publicité de bouche à oreille a contribué à la notoriété et à la valorisation de la plateforme. Proximus explique ce grand intérêt par l’accessibilité du logiciel. Sans connaissances didactiques, sans se soucier des aspects visuels et techniques de la formation en ligne, la culture de l'apprentissage s'est rapidement avérée un succès. Entre septembre 2021 et novembre 2021, 50 créateurs de contenu (des salariés internes qui créent des formations numériques) ont rejoint le projet sur base volontaire. Depuis le début du projet, pas moins de 212 créateurs de contenu ont contribué à la création de formations. Bien entendu, les créateurs de contenu ne sont pas seuls ; le projet repose sur la cocréation de formations en ligne. La coopération entre collègues garantit une meilleure qualité du fait que plusieurs employés évaluent le travail des autres. Les 212 employés sont répartis dans 17 groupes, chacun ayant accès à son propre dossier de développement.

Outre les formations internes, Proximus a également recours à des sources de connaissances externes, telles que des entreprises de formation et des bibliothèques d'apprentissage numériques. L'un des objectifs de Proximus est que ces entreprises de formation externes prennent part à un processus d'apprentissage mixte. De cette manière, les connaissances à acquérir sont numérisées et les employés peuvent apprendre à leur propre rythme. Pour stimuler cela, les entreprises de formation externes ont accès à la plateforme d'apprentissage.

Tout au long de ce projet, le développeur et le fournisseur de la plateforme assume de plus en plus un rôle de soutien au lieu d'un rôle d'exécution. À mesure que de plus en plus de créateurs de contenu maîtrisent l'outil et commencent à l’utiliser, ils ont commencé à accompagner leurs collègues pour résoudre de nouveaux défis, suite à quoi la présence des coaches devient progressivement superflue.

Gov Buys Innovation @ Nido/BOSA (Laboratoire d’innovation pour le gouvernement fédéral)

Le citoyen moyen ne pense pas immédiatement à l'innovation quand le gouvernement est évoqué. Et c'est à tort. Car Gov Buys Innovation met en relation des fonctionnaires passionnés et des entreprises belges innovantes.

La plateforme Gov Buys Innovation est une initiative de Nido, le laboratoire d'innovation du gouvernement fédéral rattaché au SPF Beleid & Ondersteuning / Stratégie & Appui (BOSA). Nido a vu le jour en 2017 et vise à favoriser et à promouvoir une culture d'innovation au sein du secteur public. Il faut que ce soit un havre de paix où les participants peuvent expérimenter librement et faire éclore des idées novatrices.

Les attentes à l’égard du gouvernement ne font qu’accroître. Aujourd'hui, on attend des fonctionnaires qu'ils accomplissent davantage alors qu’ils disposent de moins de ressources. Parallèlement, nous vivons dans un monde VUCA (Volatility, Uncertainty, Complexity & Ambiguity), synonyme de cette ère où le monde évolue très rapidement et devient bien plus complexe. Pour le fonctionnaire individuel, il est de plus en plus difficile de répondre aux attentes du citoyen et du législateur (lire : le gouvernement politique). Avec l'approche actuellement appliquée pour les appels d’offres publics, les petites entreprises innovantes ne sont pas suffisamment contactées. Il fallait que ça change. Il était donc nécessaire de donner au gouvernement et à ses fonctionnaires la possibilité de découvrir et d'adopter facilement et en toute sécurité de nouvelles solutions innovantes et d'impliquer leurs collègues experts dans le processus.

Les adaptations aux nouvelles évolutions sont encore trop souvent imposées du haut vers le bas. Les employés doivent souvent subir les changements. Le changement se déroule de manière plus efficace et plus rapide lorsqu’on permet aux employés d'innover au sein de l'organisation.

Gov Buys Innovation a été mis en place dans le but de développer une culture de l'innovation de l'intérieur. Pour y parvenir, on fait appel à l'intelligence collective des employés du gouvernement et des entreprises belges.

Sous la devise « Appliquez ce que vous prêchez », le laboratoire d'innovation Nido a suivi les différentes étapes du processus d'innovation lors de la création de la plateforme. Ils ont par exemple fait appel à une agence de design et à l'université UHasselt dans la phase de recherche et dans la phase réunissant les parties prenantes, afin d’aboutir au concept de coopération. Les nombreux entretiens que Nido a menés avec plusieurs partenaires potentiels (la liste des personnes interrogées, y compris les fournisseurs et/ou consultants potentiels, est connue par HRMinfo) ont permis de comprendre les principaux obstacles mais aussi les besoins des parties concernées. On a ainsi constaté que les projets d'innovation partent trop souvent de bonnes idées qui, au final, ne sont pas utilisées à bon escient. Après plusieurs phases pilotes et explorations du marché, une plateforme a été créée qui, dans sa version pilote actuelle, consiste en un simple site web Wordpress avec des plug-ins. Cette année, Nido fera évoluer la plateforme vers un format plus automatisé et plus intuitif, où chaque fonctionnaire pourra travailler de manière encore plus autonome à ses projets.
Les fonctionnaires ont la possibilité de créer l'équipe multidisciplinaire appropriée pour chaque projet. Toutes ces parties prenantes se donnent des conseils et du feedback et elles apprennent en permanence les unes des autres pour obtenir les meilleurs résultats possibles. Un challenge par Gov Buys Innovation permet d'expérimenter avec des budgets limités. Cette approche permet d'arrêter à temps les projets qui ne portent pas leurs fruits, sans toutefois gaspiller d'argent. La plateforme peut également être utilisée comme un marché pour des dialogues significatifs, directs et transparents entre les fonctionnaires et les entreprises créatives.

Ouverts à cette initiative, les services gouvernementaux sont toujours prêts à mener des expériences avec des entreprises et à fournir un retour d'information et des idées. En un an de temps, Gov Buys Innovation a réussi à attirer plus de 50 entreprises et à accompagner six challenges. Deux consultations de marché ont également permis de tirer des enseignements. Trois challenges ont franchi la phase d'expérimentation.

Grâce à une solution d'IA, le challenge Bosa Futureproof Skills a ainsi permis à plus de 100 employés de disposer d’un aperçu de leurs compétences résistant à l’épreuve du temps. En optant pour ce challenge, les points sensibles ont été identifiés plus rapidement et les équipes travaillent de façon plus rentable.